Accueil du site > CARNET DE BORD > Je porte plainte contre Aymeric Chauprade

mercredi 11 février 2015


Je porte plainte contre Aymeric Chauprade


Monsieur Aymeric Chauprade député européen élu sous l’étiquette Front national a publié le 14 janvier 2015 une vidéo et un texte intitulé « La France est en guerre ».

Dans cette vidéo, il choisit de tenir des propos belliqueux contre nos concitoyens musulmans. J’ai personnellement analysé ces propos comme une provocation à la discrimination raciale. Ils ne relèvent donc pas d’une opinion, mais bien d’un délit. Aussi, j’ai souhaité confier à Me Michel Pezet avocat au barreau de Marseille, député honoraire et ancien président de la Commission des Lois, le soin de bien vouloir intenter une action en justice devant le Tribunal de grande instance de Marseille. Un dépôt de plainte a donc été adressé à Monsieur le Procureur de la République sur le fondement de l’article 24 de la Loi du 29 juillet 1881 repris ci-dessous.

« Ceux qui, […] auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, seront punis d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euro d’amende ou de l’une de ces deux peines seulement. »

Pour ma part, au lendemain des odieux attentats de janvier qui ont touché la France dans sa chair, j’ai considéré indispensable d’apporter une réponse déterminée associant l’ensemble des citoyens, quelles que soient leurs croyances pour que nous puissions collectivement faire face au terrorisme et à l’antisémitisme.

Je considère que, face aux propos de M. Chauprade qui visent à désigner un bouc-émissaire, à faire éclater toute forme possible de consensus par des propos inqualifiables, il était de la responsabilité d’une élue laïque, profondément républicaine d’agir. J’ai choisi, il y a bien longtemps, de ne pas laisser le champ libre à ceux qui professent l’extrémisme.

Au moment même où M. Chauprade organise son absolution par le clan Le Pen, je veux porter un coup d’arrêt aux dérives de ceux qui entendent asséner des messages haineux, alors qu’ils sont passibles de sanctions devant les tribunaux.

Tel est le sens de mon action résolue.

     

Répondre à cet article